978 Ambiance 0666-628x250

Les douleurs à la colonne vertébrale qui amènent le patient à consulter en ostéopathie peuvent avoir une origine viscérale. Ces douleurs, qui peuvent être localisées au bas du dos, entre les omoplates, au cou ou à la tête, sont alors qualifiées de viscérosomatiques.

Prenons le foie en exemple. Cet organe est, entre autres, fixé au diaphragme et est donc induit par la respiration à faire certains mouvements. À l’inspiration, il exécute une flexion vers l’avant, une inclinaison vers la droite et une rotation vers la gauche, à l’expiration, il fait le mouvement contraire. Si, lors d’une lésion du  foie, ces mouvements sont perturbés, les différentes attaches de l’organe ne seront plus sollicitées de la même façon, entrainant, à leur tour une lésion à d’autres structures.

En effet, le diaphragme s’attache sur les 6 dernières  côtes et les vertèbres dorsales correspondantes. Comme le foie est situé à droite du thorax, les côtes de ce côté peuvent être restreintes dans leur mouvement. La respiration devient asymétrique, les mouvements fonctionnels (se pencher vers l’avant, soulever un objet, s’habiller) seront perturbés, augmentant le risque de blessure.

Ainsi, ce qui amènera le patient à consulter, sera sa douleur aux côtes, aux vertèbres dorsales, mais la meilleure intervention de l’ostéopathe sera d’abord de normaliser la position et la mobilité du foie. Il s’assurera ensuite de la mobilité des vertèbres et côtes pour favoriser une disparition des symptômes et éviter une rechute.

Nous constatons régulièrement dans notre pratique l’importance de cette composante viscérale dans la problématique. Les traitements y gagnent en rapidité et en efficacité.

Jeannine van Vliet, D.O.

Partagez cet article

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn